Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du G. P. S.

Depuis décembre 2008 à Toulouse, le GPS(Groupement Pour la défense du travailSocial) se bat contre les atteintes portées aux usagers du secteur social. Pour ce faire de multiples actions ont été menées en faveur du droit des usagers.

1) Rapport d'activité 2010 "Goutte de vies" - sommaire et préface

Publié le 1 Août 2011 par G. P. S. in Rapports d'activité Goutte de Vies

 

 

 

 

 

Collectif des Morts de la Rue

de la Haute-Garonne

(CMR 31)

 

 

 

« Goutte de Vies »

 

Prendre soin de la vie – Accompagner la mort

 

 

 

 

Rapport d’activité 2010

 

 

 

 

 

 

 


Sommaire

 

 

Préface …………………………………………………………………………………….… p.5

 

Ière partie : Le projet « Goutte de Vies »

 

I - Historique de l’association « Goutte de vies » ……………………………………………….. p 8

II – Organisation et fonctionnement en 2010 ………………………………………………….... p 10

III – Bilan et perspectives ………………………………………………....................................... p.12

Une préoccupation éthique constante.

Une place en tant qu’outil et acteur.

Perspectives pour 2011.

 

IIème partie : Prendre soin de la vie

 

L’atelier 1 : « Prendre soin de la vie »……………………………………...................................... p.18

I – Les fondements de l’atelier

II – Les activités

III – Perspectives et bilan d’étape 2011

 

Partenariat avec la Fondation de France : ….……………………………………..………...…... p.24

I – Le programme « Soigner, Soulager, Accompagner »

II – L’étude du groupe recherche action (GRAC)

III– Projet de création d’une maison de retraite adaptée aux personnes en situation de grande précarité

 

 

 

IIIème partie : Accompagner la mort

 

 

L’atelier 2 : Accompagner les proches …………………………………………….……………... p.31

I – Synthèse du travail de l’atelier en 2009-2010

II – L’accompagnement des familles et des proches

III – Perspectives autour de cette thématique

 

L’atelier 3 : Accompagner les morts et soutenir les proches …………………………….............. p.34

I – Autour du décès : les acteurs de la mort

II – L’annonce des décès

III – Les cérémonies

IV – Projet d’embellissement des tombes du cimetière de Cornebarrieu

V - Perspectives

 

L’atelier 4 : Mémoire et témoignage …………………………………………………..………….. p.44

 

L’atelier 5 : Alerter, sensibiliser ………………………………...……………………..………….. p.44

 

 

IVème partie : L’accompagnement des décès

 

I – L’annonce à « Goutte de vies » ……………………………………………………..…………... p.46

II – La recherche d’information et la question du secret professionnel ……………………………. p.47

III – Une présence constante et vigilante …………………………………………………………... p.48

IV – Les funérailles …………………………………………………………………….…………... p.50

V – Un travail de mémoire …………………………………………………………..……………... p.51

VI – Trois témoignages …………………………………………………………...………………... p.51

 

Vème partie : Données statistiques

 

I – Données générales jusqu’en avril 2010 ………………………………………………................ p.54

II – Analyse …………………………………………………………………………….…………... p.56

III – Comparatif 2009-2010 ...………………………………………………………….…………... p.59

 (Contribution du Docteur Pascale Estécahandy (CHU Toulouse : Réseau Santé-Précarité)

 

 

Vème partie : Rapport financier

 

Bilan …………………………………………………….……………….......................................... p.64

 

 

Conclusion

 

Par Mr Thierry Marmet : ……....................................................................................................... p.65

Chef de service de l’unité de soins palliatifs de l’hôpital Joseph Ducuing

 

 

Annexes

 

I – Les statuts modifiés de « Goutte de Vies »  ……………………………………………………. p.68

II – Le règlement intérieur du 9 juin 2010 …………………………………………………..……... p.73

III – Charte de partenariat avec la mairie de Toulouse ……………………………...……………... p.74

IV – Journée de formation et d’échanges  …………………………………………………………. p.76

V – Ecrit de l’atelier 1 : « Accompagner les personnes en situation de vulnérabilité dans leur propres choix de vie »  ….…………………………………..………………………………………………. p.79

 


Préface

 

 

A Toulouse comme ailleurs, des gens vivent dans la rue et y meurent, y meurent d’y vivre, parfois seulement d’y exister, dans l’indifférence ou l’indignité qui accompagne l’exclusion : effacement, oubli de la communauté des hommes. « Goutte de vies » est le Collectif des Morts de la Rue de l’agglomération toulousaine.

 

Il s’agit d’un groupement de personnes et d’associations au service exclusif de ceux qui partent et de ceux qui restent. A aucun moment donc, ce collectif ne mettra sa parole au service d’une quelconque idéologie, qu’elle soit politique ou culturelle.

Il s’agit d’un groupe laïque, tolérant, se donnant pour vocation d’agir dans le respect, la dignité et la liberté des individus, pour simplement prendre acte du fait que nous sommes tous humains et qu’à ce titre, la disparition d’un seul, même le plus humble et le plus invisible d’entre nous, vient irrémédiablement changer le monde.

 

I) Témoigner de l’humanité du disparu

 

La mort, événement intime et personnel est aussi un acte public, affectant la collectivité, temps où vient se signifier un sujet au regard du social et de l’institutionnel. Si la mort « appartient » à chacun en propre, elle touche aussi les proches, amis, famille, compagnons de route, intervenants divers.

« Goutte de vies » se propose d’aider à réintégrer la disparition d’une « personne ayant fait l’expérience de la rue en situation d’isolement », quelle que soit la nature de son isolement, dans le champ de l’humanité, de l’histoire, de l’imaginaire et de la vie de ceux qui restent. Ainsi la mort d’une personne ne saurait être en tout point superposable au destin de son corps et au réel de sa chair.

Il s’agit - ne serait-ce que par une présence, une seule au moins, symbolique - dans la dignité et le respect de la mémoire du mort, d’éprouver ainsi sa perte et de donner à son souvenir la possibilité de se réinscrire dans la mémoire de la collectivité humaine, un temps désertée.

 

II – Témoigner de la vie du disparu.

 

Le collectif se préoccupe de faciliter le passage et la pérennité des liens sociaux et affectifs dont l’existence du disparu participait, sans toutefois se substituer à l’entourage.

 

Il essaye d’aider ceux qui restent dans tout ce qui peut favoriser des éléments structurants au travail de deuil. Il témoigne et garantit le respect des choix culturels, moraux et religieux du défunt, quand ceux-ci sont connus.

 

Il peut contribuer à la transmission de certains souvenirs du défunt, c’est-à- dire ce qui va lui survivre : effets personnels, mais aussi paroles dites et entendues, souvenirs partagés…, dans le respect et sans trahir sa mémoire. L’association veille à ne pas faire obstacle au cours de la vie qui continue sans lui. « Goutte de vies » propose ainsi, s’il y a lieu, de se constituer en « lieu de mémoire », outil de passage et de mise en relation, plus carrefour que lieu de stockage, qu’on pourrait interroger et solliciter à propos.

 

III – Accompagner le passage.

 

Le collectif souhaite également être présent, quand cela est possible, auprès des personnes qui « vivent leur mort » bien avant leur décès, dans des trajectoires d’effondrement personnel et d’autodestruction, comme on peut parfois en rencontrer à la rue. Il peut alors accompagner, veiller, et aménager une présence inconditionnelle, auprès des populations ayant fait l’expérience de la rue, en situation de grande fragilité.

 

L’association n’a pas pour vocation d’intervenir à la place d’un entourage en capacité de le faire. Toutefois, l’isolement de certaines personnes, nécessite parfois qu’un « tiers », en l’occurrence le Collectif, prenne en charge l’organisation des obsèques. Le cas échéant, se mette en contact avec l’entourage, tant familial, qu’amical ou professionnel que celui-ci ait été présent dans ses derniers instants ou pas.

 

« Goutte de Vies » peut alors favoriser un espace-temps pour qu’une parole, en rapport avec la disparition, puisse circuler en toute liberté. Il s’agit aussi de tenter de structurer le présent, d’encadrer et d’aider ceux qui restent, entourage amical quand il existe, équipes de travailleurs socio-éducatifs, famille et riverains ou même simples passants, tous témoins…

 

***

 

L’association propose de promouvoir des événements de l’ordre du deuil et de la perte, pour que la mort de quelqu’un ne se réduise pas à un pur effacement du champ social mais soit à nouveau lestée de toute sa gravité, réinscrivant le sujet dans le champ de la communauté des vivants  et des morts.

 

Alors, « Goutte de Vies » : parce qu’elles sont multitude et chacune pourtant singulières et qu’il ne peut en manquer une, pour que l’océan soit ce qu’il est.

 

 

 

 

 


 

Commenter cet article