Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du G. P. S.

Depuis décembre 2008 à Toulouse, le GPS(Groupement Pour la défense du travailSocial) se bat contre les atteintes portées aux usagers du secteur social. Pour ce faire de multiples actions ont été menées en faveur du droit des usagers.

« Accompagner les personnes vivant à la rue en situation de vulnérabilité, dans leur propre choix de vie »:

Publié le 14 Janvier 2013 par Le blog du G. P. S. in Archives Toulouse 2013

Association «Goutte de Vies – CMR 31»

Atelier 1 : « Prendre soin de la vie »

 

 

DEUXIEME JOURNEE DE FORMATION ET D'ECHANGES

 

du jeudi 18 avril 2013

 

 

« Accompagner les personnes vivant à la rue en situation de vulnérabilité,

dans leur propre choix de vie »

 

Intervenants

 

Thierry Marmet

professeur associé de médecine palliative

Nicolas Velut

médecin Psychiatre

Pierre Cabanes

(Infirmier de l'Équipe Mobile Sociale et de la Halte-Santé)

 

 

L'association « Goutte de Vies » a inscrit dans ses statuts (article 2) devoir « mener des réflexions et des actions à destination des personnes ayant fait l’expérience de la rue, en situation de grande fragilité, dans le respect de leur choix et de leur dignité ». Elle met également en œuvre et développe des moyens et actions « pour accompagner les personnes dans leur propre choix de fin de vie ».

 

Ces objectifs sont portés, en partie, depuis début 2009 par l’atelier n°1 : « Prendre soin de la vie ».

 

I - Genèse

 

Cet atelier s’est au départ constitué dans le but de mieux connaître l’univers des soins palliatifs, de sensibiliser les équipes de professionnels et de bénévoles, œuvrant dans ce domaine, à la thématique des personnes ayant fait l’expérience de la rue. Cela doit permettre de faciliter l’accès de ces dernières à ce type de soins. L’unité de soins palliatifs (USP) de l’Hôpital Joseph Ducuing a proposé ses locaux. Son équipe s’est fortement impliquée dans le travail de cet atelier.

 

L’atelier a alors pris une orientation plus large, basée sur une rencontre entre deux savoirs faire qui se sont reconnus dans le partage de valeurs communes (éthique) et qui peu à peu ont décidé de lier leurs expériences et leur convictions afin de produire des écris, de médiatiser leur travail, dans le but de sensibiliser les partenaires, d’améliorer les prises en charge, de recadrer l'action autour du soin:

-          d’une part des professionnels (Equipe Mobile Sociale et de Santé – Halte-Santé) porteurs depuis 12 ans d’une solide expérience en matière d’accompagnement à la rue de personnes vulnérables en situation de grande précarité. Leur approche basée sur l’investissement du lien est conceptualisé autour de l’idée de « prendre soin plutôt que soigner »

 

-          d’autre part le travail développé au sein de l’unité de soins palliatifs de Joseph Ducuing qui met en avant la « démarche palliative » autour de l’idée que les équipe de l’USP ne travaille pas avec des mourants mais avec des vivants: il s’agit alors de « soigner la vie ».

 

C’est de cette rencontre entre cette « démarche d’accompagnement » et cette « démarche palliative » entre ce « prendre soin » et ce « soigner la vie » qu’est née l'envie d’approfondir une réflexion sur les pratiques. Même si ces dernières ne sont pas superposables, les problématiques autour des difficultés rencontrées, sont les mêmes. Les réflexions se rejoignent, des enjeux se dessinent et une gestion autour d'aménagements, se définit.

 

L’atelier s’est alors fixé pour objectif de « faire accéder à la démarche palliative les personnes à la rue, à pronostic de vie réservé, dans le respect de leur choix et de leur dignité, en sensibilisant l'ensemble des acteurs médicaux sociaux concernés, à la prise en compte de leur singularité ».

 

Un travail de synthèse, réalisé à partir de situations cliniques discutées et d'échanges d'expériences,    permet à ses membres d'aborder aujourd’hui le questionnement suivant : comment améliorer la qualité de la prise en charge de personnes ayant fait l’expérience de la rue, en situation de fragilité ?

 

L’atelier a alors développé l’idée de travailler sur une journée de formation sur ce thème.

Note: Une première réalisation(juin 2011) a réuni 17 personnes;  celles-ci ont été intéressées par les séquences pédagogiques  proposées. La présence de stagiaires venant de structures différentes a permis un échange apprécié de tous.

 

II – La formation

 

Cette journée de formation est basée sur une approche partagée autour des pratiques, de connaissances communes, en s'enrichissant des apports de Thierry Marmet, (Professeur associé de médecine palliative), de Nicolas Velut (médecin psychiatre) et de Pierre Cabanes (infirmier sur l'Équipe Mobile Sociale et de Santé)

 

Ouverte à tout accueillant, professionnel ou bénévole, en lien sur des lieux d'hébergements, centres d'accueil ou de consultations, avec des personnes vivant une situation de précarité, elle vise à permettre de mieux se positionner autour des thèmes suivants :

 

-          les problématiques médicales de ces personnes

-          une meilleure connaissance des parcours de rue

-          savoir se positionner par rapport à un questionnement éthique

-          appréhender la notion de « prendre soin ».

 

Un support pédagogique sera proposé, pour chaque séquence. Construit autour de situations cliniques et de questionnements adaptés, il doit permettre un travail de groupe; une analyse et des débats autour des réponses formulées et enfin un débriefing en présence de Thierry Marmet et de Nicolas Velut. Pierre Cabanes.

 

Cette formation est proposée à toutes les structures d'accueils. Il serait intéressant que plusieurs d'entre elles puissent être représentées. La pluralité des fonctions et des compétences exprimées sur ces différents lieux serait un apport supplémentaire à la qualité de l'échange. In finé, les candidatures seront retenues sur ce critère.

Note: Les lien établis, sur cette deuxième journée de formation, avec les membres de certains lieux d'accueils, nous permettrons ensuite, de prendre contact avec des structures et avec des équipes en relation avec la fragilité ou la disparition de personnes pas ou peu insérées dans un tissus social.

Vos points de vues, différents, nous intéressent.

 

Le nombre de stagiaires inscrits sera limité (16 à 18 personnes). Vous serez informés de la prise en compte de votre demande au plus tard le 17 mars.

Un support de données, pré-requis, sera proposé (vers le 16 mars). Il doit permettre une meilleure mise en situation autour de connaissances :

-          principe de base de la démarche palliative,

-          dispositifs de support aux personnes vivant à la rue,

-          connaissance des lois qui encadrent les droits du patient.

 

 

 

*****

 

 

Aucune participation financière n'est demandée pour accéder à cette deuxième journée de formation; l'initiative de cette manifestation est basée sur le bénévolat. Moyennant une participation autour de 10 euros, une prise de repas en commun sera possible, à Claire Maison.

 

Vous pouvez vous y inscrire en renvoyant le bulletin d’inscription à l’adresse suivante :

 

Goutte de Vies –CMR 31

55 rue du Taur

31 000 Toulouse.

 

Ou bien par mail à: serge.lacan@netcourrier.com ou sur l'adresse de Goutte de Vies. gouttedevies@gmail.com

 

La date limite pour les inscriptions est fixée au  13 mars 2013

Vous serez informés rapidement de la prise en compte de votre demande.

 

Le timing horaire prévu pour la journée sera: 9h/ 12h30 ; 14h/17h

 

 

Une bonne participation, concernant le déroulement de cette journée, serait un encouragement à ce type d'initiative.

 

 

 

A Toulouse le 18 décembre 2012

 

Les membres du collectif Goutte de Vie.

Commenter cet article