Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du G. P. S.

Depuis décembre 2008 à Toulouse, le GPS(Groupement Pour la défense du travailSocial) se bat contre les atteintes portées aux usagers du secteur social. Pour ce faire de multiples actions ont été menées en faveur du droit des usagers.

C'est pas Noël pour tout le monde:

Publié le 20 Décembre 2012 par Le blog du G. P. S. in Archives partout 2012

C'est pas Noël pour tout le monde

Un conte de Noël à propos de l'hébergement d'urgence des demandeurs d'asile (HUDA) dans la Vienne

et une invitation à l'action pour le début de la campagne poitevine

«Un toit pour tous, avec ou sans papiers»

***

Il était une fois, à Poitiers, une famille de trois personnes qui vivait dans un centre d'hébergement d'urgence pour les demandeurs d'asile, chez la Croix-Rouge. Un jour, ces personnes furent transformées en «sans-papiers» par les pouvoirs publics. Alors, le Préfet dit à la Croix-Rouge :

- « Ma chère Croix-Rouge, ces «sans-papiers», n'ont plus à être hébergés car ils ne sont plus qu'à moitié humains. Ils doivent être mis  à la rue le 25 décembre, jour de Noël. Si vous ne les mettez pas dehors, je commencerai à vous couper les subventions et autres vivres. Ces «sans-papiers» devraient recevoir une OQTF (Obligation à Quitter le Territoire Français), et ils n'ont plus à être hébergés. »

Ce n'était pas la première fois pour la Croix-Rouge, et une fois encore, elle fût bien embêtée. Elle ne savait plus quoi faire : mettre des gens à la rue en plein hiver, qui plus est, le Jour de Noël, ou bien voir sa bourse vidée petit à petit ?

Pendant ce temps, la famille «sans-papiers» alla voir des associations de Poitiers, pour savoir quoi faire pour éviter de se retrouver à la rue. Les associations savaient que, d'après la Loi du royaume, tous les humains ont le droit à l'hébergement. Or, ces associations voyaient bien que ces «sans-papiers» étaient des humains aussi ! Les associations savaient aussi que le droit à l'hébergement était de la responsabilité de l'État, et donc, localement, de la Préfecture. Alors, ces associations, qui voyaient que ce genre d'histoires se répétait souvent à Poitiers, décidèrent d'unir leur force pour faire valoir que les «sans-papiers» sont aussi des humains, et qu'ils ont donc le droit à l'hébergement, comme tous les autres.

Elles décidèrent de faire face à la Préfecture, et de l'obliger à respecter ses obligations vis-à-vis de la Loi du Royaume. Elles choisirent d'utiliser la formule « un toit pour tous, avec ou sans papiers », et appelèrent la population du Royaume à rejoindre leur combat pour l'hébergement de tous, pour que plus personne n'ait à dormir dans la rue. La lutte ne faisait que commencer.

***

Malheureusement, ce conte est vrai. La préfecture de la Vienne, aujourd'hui, va vraiment jusqu'à imposer régulièrement des pénalités financières à la Croix-Rouge pour qu'elle mette à la rue des gens qu'elle héberge, en prétextant de leur situation administrative, y compris en hiver, y compris le jour de Noël. La préfecture dénie vraiment le droit fondamental à un toit pour tous, et elle ne respecte absolument pas son obligation d'héberger tous ceux qui en ont besoin, qu'ils aient des papiers ou non.

-Un toit est un droit, pour tous, quels que soient nos « papiers »

-Nous exigeons l'arrêt immédiat de ces pratiques sordides vis- à-vis de la Croix-Rouge et des autres prestataires sociaux.

-Nous exigeons la réquisition immédiate de bâtiments vides afin d'héberger toutes les personnes qui en ont besoin (ces bâtiments ne manquent pas à Poitiers, un seul exemple : l'internat de l'ex-lycée des Feuillants)


 

Signataires: DAL 86, Fédération Anarchiste 86 , RESF 86, Section LDH de Châtellerault, Cimade-Poitiers, Antirep 86, DAL 17, Démocratie Réelle 86, Les Alternatifs 86, PCF, Europe Ecologie Les Verts, Gauche Anticapitaliste

Commenter cet article