Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du G. P. S.

Depuis décembre 2008 à Toulouse, le GPS(Groupement Pour la défense du travailSocial) se bat contre les atteintes portées aux usagers du secteur social. Pour ce faire de multiples actions ont été menées en faveur du droit des usagers.

Communiqué de presse des salariés de la Veille Sociale, du 3 décembre 2014 :

Publié le 11 Décembre 2014 par Le blog du G. P. S. in Actualités locales

Cet hiver, pas d’abri pour les plus démunis ! Le 115 ne répond plus…

 

Nous, salariés du Service Intégré d’Accueil et d’Orientation (SIAO) de Haute-Garonne, dont les services du Pôle d’Accueil d’Information et d’Orientation (PAIO), du numéro d’urgence 115 et de l’Equipe Mobile Sociale et de Santé (EMSS) nous trouvons contraints d’user de notre droit de grève le lundi 8 décembre de 14h à 16h, pour alerter les pouvoirs publics sur le manque criant de places d’hébergement pour les personnes sans abri en détresse et l’impossibilité de remplir correctement notre mission de service public, et faire connaître cette situation dramatique aux citoyen-e-s.

 

Le département compte plus de 2000 places d’hébergement, dont environ 650 places en hébergement d’urgence. Ces places sont ouvertes toute l’année, et ne sont pas des places supplémentaires pour cet hiver, comme le laisse entendre les titres de « La Dépêche » ou de « Direct Matin » dans les articles parus aujourd’hui. Malgré une effective augmentation du nombre de places, c’est encore très insuffisant pour répondre aux demandes d’hébergement et de mise à l’abri, qui sont en forte augmentation depuis quelques années surtout en ce qui concerne les familles avec enfants (deux fois plus nombreuses qu’il y a 3 ans) et les femmes isolées. En outre, la Haute-Garonne reste très en-deçà des autres départements de même taille et le 115 continue de faire de plus en plus de refus par manque de place disponible.

 

Les refus par manque de places enregistrés au 115 représentent ainsi en moyenne plus de 90% des demandes, et parfois 95%. Cela veut dire que chaque jour, 9 personnes sur 10 qui appellent le 115 restent sans réponse de mise à l’abri ! Non, la plupart des personnes qui restent à la rue ne le font pas par choix, contrairement aux idées reçues.

Chaque jour ce sont ainsi en moyenne 250 personnes qui appellent le 115 et qui restent sans réponse de mise à l’abri.

Et encore le 115 ne peut décrocher que 10 à 15% des appels composés, et beaucoup de personnes sans abri renoncent à nous appeler.

De la même manière plus de 2800 ménages sont aujourd’hui en attente d’une solution d’hébergement d’insertion ou de logement adapté au SIAO insertion, avec en moyenne 52 nouveaux ménages enregistrés chaque semaine. Le taux d’admission positive est de 7% cette année, ce qui représente en moyenne 7 ménages par semaine, laissant les autres attendre durant des mois une solution adaptée à leurs besoins.

 

Pour exemple, le 25 novembre 2014, nous avons enregistré au 115 :

 

  • 234 refus d’hébergement par manque de places soit 36 refus « homme », 16 refus « femme », 6 refus « couple » et 176 refus « familles » (soit 46 ménages avec enfants) ;

  • 4 orientations d’une nuit (hommes)

  • 1 place « homme » de longue durée en accueil de nuit

  • 1 place « femme » temporaire

  • 2 prises en charge temporaire « famille » de trois personnes.

Ce qui, pour ce jour là, équivaut à un taux de 4,88% de réponses positives.

 

 

Cette situation est d’autant plus alarmante qu’il n’y a pas de perspective d’amélioration dans les prochaines semaines. Jamais début d’hiver ne fût aussi difficile !

En effet, le nombre de places d’hébergement hivernales prévu par les services de l’Etat est inférieur aux années précédentes : 66 places d’hébergement et 250 personnes à l’hôtel l’hiver dernier, contre 40 places d’hébergement et 150 personnes à l’hôtel cet hiver. Soit 126 places d’urgence en moins !

Seul le dispositif prévu en Plan Grand Froid reste inchangé (72 places supplémentaires et encore 60 en cas de froid extrême) mais il n’est actif que quand les températures sont négatives au moins deux nuits d’affilée. Nous sommes contre cette gestion de l’hébergement d’urgence « au thermomètre », c’est toute l’année que les personnes les plus vulnérables doivent être mises à l’abri et c’est d’ailleurs ce que dit la loi.

 

Cette situation génère une souffrance psycho-sociale importante pour les salariés confrontés de manière durable à une absence de moyens face à la détresse des personnes à la rue.

 

Chaque jour, nous sommes témoins des violences subies par les femmes laissées à la rue (violences physiques, morales et sexuelles), de la détresse des familles venant trouver refuge dans les locaux du PAIO, des personnes dans des situations sanitaires graves, contraintes de survivre à la rue…

Hier, une grand-mère est décédée après plusieurs mois passés dans une voiture avec ses enfants et petits enfants, alors que cette famille demandait une mise à l’abri, tous les jours depuis des mois.

 

Nous demandons la création immédiate de places d’hébergement d’urgence pour répondre aux besoins des personnes en grande détresse sociale et sanitaire, et tout particulièrement pour les femmes seules à la rue.

 

 

Toulouse, le 3 décembre 2014

 

 

Contacts :

Valérie – 06 81 01 28 01

M’Hamed – 06 11 99 62 09

Sylvie – 06 62 70 69 80

urgence.social@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article