Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du G. P. S.

Depuis décembre 2008 à Toulouse, le GPS(Groupement Pour la défense du travailSocial) se bat contre les atteintes portées aux usagers du secteur social. Pour ce faire de multiples actions ont été menées en faveur du droit des usagers.

Communiqué du CREA :

Publié le 7 Mars 2013 par Le blog du G. P. S. in Du Collectif à la Campagne de Réquisition- la CREA

Voici le communiqué concernant la décision de justice à propos de l'expulsion du 159 Chemin Lapujade rendue ce lundi 4 mars par le Tribunal d'Instance de Toulouse, que vient de nous transmettre le CREA :

 

Justice pour tou-te-s ?

 

Ce lundi 4 mars a été rendu le délibéré (verdict) du procès des habitants du 159 Chemin Lapujade qui occupent les lieux depuis le 18 novembre 2012 : EXPULSION FERME (dixit la secrétaire de l'accueil du tribunal d'instance de Toulouse).

Pour rappel, la maison, une belle toulousaine, a été ouverte dans le cadre de la Campagne pour la Réquisition l'Entraide et l'Autogestion (CREA). Elle appartient à Jérôme Ducros, gérant de la SCI Lapujade, filiale du Groupe Immobilier JD Promotion, sponsor du TFC. A sa première venue, il avait proposé aux habitants de pouvoir rester dans la maison à condition de laisser faire les visites et d'entretenir le jardin. Un accord verbal avait eu lieu entre eux et le promoteur, mais ce dernier, se croyant au-dessus des lois, est revenu sur ses engagements et a essayé à de multiples reprises de les expulser par la force et dans la violence. Grâce à la solidarité de la campagne de réquisition et au voisinage, les hommes de main envoyés par le propriétaire ont échoué car ils se trouvaient à chaque fois face à une trentaine de personnes. Par la suite, un dépôt de permis de construire datant du 28 décembre montre les projets qu'il a pour la maison : la destruction totale du jardin et la construction d'un ensemble résidentiel de 25 à 30 logements accolé à la maison. La présence des habitants freine donc ses projets.

Suite à l'échec de ses méthodes, il a saisi la justice pour que le juge ordonne l'expulsion sans délai des étudiants, chômeurs, femmes en galère, travailleurs pauvres qui y habitent.

Ce procès fut une vaste mascarade. La juge à qui ont été soumises les preuves des pratiques de cet homme d'affaire sans scrupules, a fermé les yeux, écarté sans raison les arguments des habitants et de leur avocat.

Le jugement a été ferme : expulsables sans délais. Les habitants se retrouvent donc de manière imminente à la rue sans autre solution de logement alors que l'hiver n'est pas encore terminé. Ce ne sont pas les seules. Chaque vendredi, dans ce tribunal, des locataires, des personnes qui prennent des maisons et des bâtiments vides se font expulser sans délai. Le 15 mars approche et des locataires vont être expulsés de leur logement, et le 31 mars, ce sont des foyers d'accueil hivernaux qui ferment. Une expulsion n'est pas une banalité. Les habitants du 159 ne sont pas seuls et ils pourront donc s'organiser pour avoir à nouveau un logement. D'autres personnes, au contraire, se retrouvent le jour de l'expulsion isolées sans savoir où elles vont vivre ou stocker leurs affaires (parfois de toute une vie). Au mois de septembre dernier, un homme s'est défenestré à l'arrivée de la police et d'un huissier qui venaient l'expulser !

Eux et les membres de la CREA dénoncent l'hypocrisie de cette justice bourgeoise et de ses lois qui protègent et favorisent le pouvoir de l'argent. Encore une fois, les investisseurs, la justice et la préfecture vont remettre à la rue les plus précaires alors que des investisseurs tels que Ducros rasent les traces du passé toulousain pour y construire du logement neuf et impersonnel qui ne sera accessible qu'aux plus favorisés. Ces pratiques sont favorisées par la politique d'urbanisme de la ville liée à la construction de la Ligne à Grande Vitesse et à la croissance économique et démographique de la ville. La CREA revendique un habitat digne pour tous et que tous s'organisent face aux hypocrisies de l'Etat et de sa justice.

Des membres de la CREA soutenus par le DAL Toulouse

Commenter cet article