Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du G. P. S.

Depuis décembre 2008 à Toulouse, le GPS(Groupement Pour la défense du travailSocial) se bat contre les atteintes portées aux usagers du secteur social. Pour ce faire de multiples actions ont été menées en faveur du droit des usagers.

"Des associations interpellent Duflot sur la crise du logement"

Publié le 19 Octobre 2012 par Le blog du G. P. S. in Archives partout 2012

Article paru sur Libération le 17 octobre 2012:

 

"Des associations interpellent Duflot sur la crise du logement

Un collectif d'associations d'aide aux sans-abris interpelle Cécile Duflot face à la crise du logement.
Un collectif d'associations d'aide aux sans-abris interpelle Cécile Duflot face à la crise du logement. (Photo Mehdi Fedouach. AFP)

Samu social saturé, fermeture de structures d'hébergement d'urgence... Le collectif en appelle à la ministre face à «l'ampleur» de la crise.

Des associations d’aide aux sans-abris ont interpellé mercredi la ministre du Logement Cécile Duflot dans une lettre ouverte sur «l’ampleur de la crise du logement et de l’hébergement», notamment sur la situation des nombreuses familles qui se retrouvent à la rue.

«Au printemps dernier, des dizaines de milliers de personnes ont vu se fermer les portes de structures d’hébergement temporaires. Depuis, le 115 (numéro d’urgence pour les sans-abris) est dans l’incapacité de répondre aux trois quarts des demandes d’hébergement», dénonce le Collectif des associations unies, qui regroupe 33 associations dont ATD Quart-Monde, la Fondation Abbé Pierre, la Croix-Rouge française, Médecins du Monde, le Secours catholique et la Fondation de l’Armée du Salut.

«A Paris, une cinquantaine de familles sont refoulées tous les soirs, et en Seine-Saint-Denis, 117 enfants étaient sans abri à la veille de la rentrée scolaire», soulignent-elles. «Dans ces deux départements, tous les jours, faute de places, 400 personnes ne sont pas mises à l’abri», rappellent les associations, qui estiment au total que «150 000 personnes sont à la rue» en France, dont «de plus en plus de familles et d’enfants», «sans compter les nombreuses personnes qui, découragées, n’appellent plus le 115».

«Des territoires auparavant épargnés sont confrontés à l’incapacité de répondre aux sollicitations», ajoutent les associations, citant l’exemple de Tarbes où 82% des demandes ne sont pas pourvues. Elles soulignent que «des professionnels de l’urgence sociale, désemparés face à la situation», ont exercé «leur droit de retrait».

«Une fois de plus et malgré les promesses, on s’oriente vers un nouveau plan hivernal, préparé de surcroît au dernier moment», déplorent ces associations, qui demandent régulièrement la fin d’une gestion de l’hébergement d’urgence «au thermomètre».

Elles avaient alerté le gouvernement en septembre en demandant un «plan d’urgence», mais «force est de constater que l’Etat ne se donne pas les moyens d’assurer sa mission de protection des plus vulnérables», déplorent-elles, rappelant que «les expulsions locatives et les démantèlements de campements se poursuivent sans relogement»."

Commenter cet article