Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du G. P. S.

Depuis décembre 2008 à Toulouse, le GPS(Groupement Pour la défense du travailSocial) se bat contre les atteintes portées aux usagers du secteur social. Pour ce faire de multiples actions ont été menées en faveur du droit des usagers.

Expulsion, rue de Charonne à Paris:

Publié le 5 Novembre 2012 par Le blog du G. P. S. in Archives partout 2012

Voici le mail de Taline, voisine de l'immeuble réquisitionné, que nous avons reçu :

 

"expulsion honteuse dans le quartier pendant la trêve hivernal
>
> bonjour a tous, gens du quartier, voisins et ami(e)s
>
>

Ce soir dimanche 4 novembre dans notre quartier au 141 rue de Charonne, dans le 11ème,  viennent d’être expulsées manu militari plusieurs familles accompagnées d’un collectif « les mal-logés acharnés ».
 
Le bâtiment inoccupé depuis un an déjà, venait d’être réquisitionné par ce collectif pour permettre à des familles sans logis de trouver un toit pour l’hiver. Les forces de police accompagnées d’un nombre démesuré de CRS se sont alors déployées autour du bâtiment occupé, usant d’une violence incompréhensible pour déloger ces familles ainsi que les militants qui étaient là pour les soutenir alors qu’on est en pleine trêve hivernale. Vous pourrez en juger par vous-mêmes d’après les photos prises par des voisins en colère, honteux et impuissants devant une telle situation (dont je faisais partie), alertés par la violence de l’intervention policière.
 
Si vous êtes choqués par ces faits et par les images comme nous l’avons été en les prenant, je propose que nous témoignions tous auprès de la mairie du 11ème et de Bloch pour soutenir les personnes interpellées aujourd’hui, emmenées dans un car de police on ne sait où, sans doute en garde à vue…
Témoignons aussi pour demander à ce que de telles exactions ne se reproduisent plus à l’avenir dans le quartier, pour dénoncer la violence policière et l’injustice à expulser des gens sans toits, pour demander même la réquisition des logements vides dans le quartier sachant qu’ils sont nombreux, logements appartenant même pour certains à la mairie de Paris.
 
Ces dernières semaines, lorsque je descends de chez moi à 7H30 pour aller au travail, je trouve en bas de chez moi devant le 24 rue Léon Frot, un jeune repliant ses couvertures et un lit de fortune où il passe manifestement toutes ses nuits, jusqu’à quand devront nous accepter de voir dans notre pays riche des gens (de plus en plus nombreux) se retrouver ainsi à la rue ?
 

taline, une habitante du quartier Léon Frot, choquée et en colère. "

 

 Reportage France 3 Ile de France :


A lire dans la presse :

Commenter cet article