Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du G. P. S.

Depuis décembre 2008 à Toulouse, le GPS(Groupement Pour la défense du travailSocial) se bat contre les atteintes portées aux usagers du secteur social. Pour ce faire de multiples actions ont été menées en faveur du droit des usagers.

FNARS : Hébergement d’urgence : le rapport parlementaire qui confirme la crise

Publié le 27 Janvier 2012 par Le blog du G. P. S. in Documents

Capacités insuffisantes face à des besoins croissants, manque de coordination entre les dispositifs, faiblesse de la politique d’accès au logement… le constat alarmant que dressent depuis plusieurs années les associations de solidarité
sur l’hébergement d’urgence se voit à nouveau conforté par un rapport parlementaire.


Depuis un an, une évaluation de la politique d’hébergement d’urgence a été menée par les députés, en liaison avec la Cour des Comptes. En décembre dernier, la Cour des comptes rendait public son rapport, brossant un tableau sans équivoque du secteur : lacunes du pilotage politique et insuffisances des réponses. Aujourd’hui, c’est au tour du rapport parlementaire (codirigé par la majorité et l’opposition) de confirmer ce bilan. Le temps serait-il venu pour les pouvoirs publics de s’engager résolument dans la construction d’un véritable service public de l’hébergement et de l’accès
au logement ?


Des besoins qui progressent plus vite que les capacités d’accueil


Le rapport parlementaire confirme que les capacités d’accueil d’urgence restent insuffisantes, en particulier dans les zones où les besoins sont les plus massifs. Le dernier baromètre publié par la FNARS sur le numéro d’urgence 1151 le confirme : même en plein hiver, près de la moitié des appels se soldent par une réponse négative. Malgré la progression du nombre de places d'hébergement et de logement adapté, l’afflux des publics frappés par la crise et les difficultés d’accès au logement saturent le système. La stratégie gouvernementale dite du « logement d’abord » reste aujourd’hui un
slogan vide de sens, faute de logements accessibles et d’un véritable investissement dans
l’accompagnement social des familles.


Ne pas connaître = ne pas pouvoir décider


La connaissance des publics, de leurs besoins et difficultés d’accès au logement, est un préalable indispensable à la définition de politiques efficaces d’accueil et d’accompagnement vers l’autonomie.
Or, l’observation des personnes et familles en situation d’exclusion sociale est au point mort. Hormis quelques données statistiques générales, les services de l’Etat ne disposent d’aucune donnée précise sur les profils et les parcours des personnes à la rue ou menacées de perdre leur logement. Les outils tardent à se mettre en place. On se condamne ainsi à une incapacité à mettre en oeuvre des politiques efficaces de prévention des ruptures, d’accueil digne et d’accompagnement vers le logement. On en reste toujours à multiplier le recours à l’hôtel ou à l’ouverture de gymnases en hiver, solutions par nature précaires et au final très chères, puisque ne permettant aucune sortie vers le
logement.


A quand un pilotage ambitieux ?


En termes de coût financier, de santé publique ou de sécurité, nous avons collectivement intérêt à veiller à ce que toute personne sans abri puisse être accueillie dignement et accompagnée vers le logement, puis pour s’y maintenir. Pour atteindre cet objectif, un pilotage politique digne de ce nom est nécessaire. Or, au niveau national, on relève un cruel manque de coordination interministérielle et un manque de priorisation de la question par le Chef de l’Etat, qui n’a jamais reçu les associations. Au niveau territorial, les services déconcentrés de la cohésion sociale, percutés de plein fouet par la réforme concomitante de l’administration territoriale, ne sont pas en mesure d’assurer la gouvernance des réformes. Ainsi, les Services Intégrés d’Accueil et d’Orientation (SIAO), censés coordonner l’offre et la demande d’hébergement sur les territoires, ont été abandonnés en rase campagne, quelques mois à peine après leur lancement. Un terrible aveu d’impuissance.


La FNARS espère que la remise de ce nouveau rapport conduira enfin le gouvernement à considérer l’urgence d’un vrai projet politique en matière d’accueil et d’accompagnement des publics les plus fragiles.


Contact presse : Stéphane Delaunay – 01 48 01 82 32 / 06 18 57 81 71
http://www.solidarite2012.org

 

1 www.fnars.org > 115 > Observatoire national 115

 

Lire le Projet Rapport

Commenter cet article