Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du G. P. S.

Depuis décembre 2008 à Toulouse, le GPS(Groupement Pour la défense du travailSocial) se bat contre les atteintes portées aux usagers du secteur social. Pour ce faire de multiples actions ont été menées en faveur du droit des usagers.

Info de l'ONES :"Grève de la faim d’un chef de service":

Publié le 4 Août 2012 par Le blog du G. P. S. in Documents

Article sur le site de l'ONES :

 

"Grève de la faim d’un chef de service

L’ONES soutient le combat de Philippe Jouary

mercredi 1er août 2012 par Jean Marie Vauchez

L’ONES soutient le combat de Philippe Jouary que nous avons contacté tout récemment et qui dénonce les pratiques partiales et brutales de son institution. Comme à chaque fois que nous relevons ce genre de pratiques, ce sont les usagers qui supportent le plus les conséquences de décisions prises en dehors de leur propre intérêt.

Pour commencer, l’ONES a fait le choix de relayer différents éléments du dossier. Nous commençons par le témoignage de Philippe Jouary, extrait de son blog. Par la suite, d’autres actions pourront êtres envisagées sur Montpellier.

Jean marie Vauchez, Président de l’ONES

- extrait du blog de philippe jouary :

Je m’appelle Philippe Jouary, je travaille depuis plus de trente-cinq ans, comme éducateur spécialisé d’abord, puis depuis une dizaine d’années, en tant que chef de service éducatif. J’occupe cette fonction depuis quatre ans à Montpellier comme chef de service d’un Foyer Logement où sont accueillies des personnes qui sortent de séjours en psychiatrie.

Hier, mercredi 18 juillet 2012, j’ai rendu public un communiqué dans lequel j’annonce que je me mets en grève de la parole et de la faim :

« Par cette grève, je proteste contre les pratiques indignes de la direction, à mon égard, comme à celui de nombreux autres salariés.

Ce sont ces pratiques dites « managériales » qui partout où elles sont à l’œuvre, génèrent ce qu’on appelle aujourd’hui la souffrance au travail. Harcelés, isolés, ostracisés, confrontés tant à la violence de la hiérarchie qu’au silence des collègues effrayés ou complices, certains ne trouvent d’autres choix que de mettre fin à leurs jours, d’autres finissent leur vie professionnelle dans la solitude, la honte, le repli.

C’est aussi contre cela que je proteste, pour dire à mes camarades, ici et ailleurs, ne nous laissons pas maltraiter, ne nous laissons pas isoler les uns des autres, ne laissons pas à des incompétents le soin de nous dire comment nous devons aujourd’hui faire nos métiers.

A d’autres que moi maintenant de parler et de revendiquer. Je retrouverai alors peut-être l’appétit et le goût de la parole. Celui de la soumission, jamais. »

J’ai écrit ce texte dans la nuit de mardi à mercredi, ce qui prouve bien que contrairement au dicton, la nuit ne porte pas toujours conseil. En revanche, une fois la lumière éteinte, elle porte les questions que le jour accumule et qui empêchent le sommeil de faire son œuvre et le salarié de reconstituer sa force de travail.

Et c’est comme cela qu’au matin, je me suis retrouvé assis par terre devant le portail de mon entreprise et que cette nouvelle aventure a commencé.

Voir en ligne : Le blog de Philippe Jouary"
Suite de l'article : CLiC
Commenter cet article