Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog du G. P. S.

Depuis décembre 2008 à Toulouse, le GPS(Groupement Pour la défense du travailSocial) se bat contre les atteintes portées aux usagers du secteur social. Pour ce faire de multiples actions ont été menées en faveur du droit des usagers.

Urgent, des familles entières sans logement

Publié le 6 Avril 2013 par Le blog du G. P. S. in Mobilisation pour les familles-2013

Publié sur la dépêche le 05/04/2013 à 08:45 | lien

manifestation

Urgent, des familles entières sans logement

Une centaine de manifestants s'est réunie hier midi devant la préfecture de Toulouse. Ce matin, trente sans papiers, dont plusieurs familles avec des enfants scolarisés doivent être exclues de leur hébergement hôtelier. «Des familles avec des enfants en bas âge sont mises à la rue ! C'est une honte», s'insurge Stéphane Borras, membre du syndicat Sud. Alors que Cécile Duflot, ministre de l'égalité des territoires et du logement, annonce qu'aucune remise à la rue ne sera effectuée, cette nouvelle exclusion lance un pavé dans la mare. «Nous demandons que ces familles conservent leurs hébergements hôteliers. Il y'a une loi sur la continuité du logement qui oblige l'État à abriter ces personnes», souligne Annabelle Quillet, membre du groupement pour la défense du travail social, avant d'ajouter «la préfecture essaye d'ouvrir de nouvelles places pour les familles dans une situation précaire, mais pour cela ils récoltent de l'argent en excluant d'autres groupes, ce n'est pas la solution».

Régulariser ces familles

En plus des personnes excluent aujourd'hui, trente autres devraient suivre d'ici le 10 avril 2013. «Il faut régulariser ses familles ! Cela coûte de l'argent déjà et puis c'est invivable d'être dans des situations comme ça», déclare encore la militante. Concernant les futurs sans abris, certains n'ont pas le temps de réaliser ce qu'il se passe. «Le propriétaire de l'hébergement nous a prévenus mardi, soit deux jours avant la date butoir. J'ai un petit enfant, c'est très dur de se retrouver à la rue», raconte une maman en situation irrégulière. «Je ne comprends pas que le gouvernement ne fasse rien. Donnons leur la nationalité, leurs enfants sont français. Cela va les rendre autonomes et ils trouveront un travail. C'est la seule solution», affirme Annabelle. Les manifestants ont confié le dossier à Thierry Bonnier, secrétaire général de la préfecture, mais ils restent pessimistes. «À mon avis cela va être compliqué» conclut-elle.

Rémi Buhagiar

Commenter cet article