Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog du G. P. S.

Depuis décembre 2008 à Toulouse, le GPS(Groupement Pour la défense du travailSocial) se bat contre les atteintes portées aux usagers du secteur social. Pour ce faire de multiples actions ont été menées en faveur du droit des usagers.

NOS SOUTIENS

 

Le GPS remercie : 


Les voisins de la rue Goudouli

Les éboueurs de la rue Goudouli

Les pompiers

 

Le Dal images

ACT UP SUD-OUEST   http://www.actupsudouest.org/Act Up rouge  link

 

Maxime,dejeudi noir  www.jeudi-noir.org

 

 

Augustin Legrand, Les Enfants de Don Quichotte Les Enfants de Don Quichotte

 lesenfantsdedonquichotte.com link

 

Pierre Cohen, député maire socialiste de Toulouse, www.pierrecohen.net link

Catherine Lemorton, députée  socialiste de la 1ère circonscription de la Haute Garonne

 

La-cgt.gifwww.cgt.fr link

 

 

 tout sud

SUD, www.solidaires.org

SUD santé marchant,

http://www.sud-sante.org/Hopital-Marchant-la-tente-toujours.html

SUD FPA, http://sudfpa.lautre.net/

 

 

sud31-collectivite-territorail.jpg http://sud31cg.over-blog.com/

 

 

 

Myriam Martin, du www.npa2009.png  http://www.npa2009.org

 

 

tn déclaration de soutien : link / europe-ecologie.fr : link

 

  download

                                                                                           

   LdH       Communiqué

 

rubon11-37a55




DECLARATIONS DE SOUTIENS

 

 

Déclaration de la député de la haute garonne dans la Dépêche

 

  link

Publié le 29/04/2011 09:0
La députée de Haute Garonne apporte son soutien au collectif 6 | R.P-B.

Lemorton au secours des mal-logés

social

La députée de Haute Garonne apporte son soutien au collectif GPS.

.La députée de Haute Garonne apporte son soutien au collectif GPS.

«Catherine Lemorton comprend le sentiment d'exaspération qui a pu amener le Groupement Pour la défense du travail Social (GPS) à investir la cathédrale Saint-Étienne puis un bâtiment laissé vacant par l'État depuis plus de deux ans rue Goudouli ». Dans un communiqué, la députée (PS) de Haute-Garonne apporte ainsi son soutien à la cause des mal logés. Pointés du doigt : la fermeture des deux centres d'hébergement d'urgence au centre ville dès la fin de l'hiver, la relocalisation de ces personnes à l'extérieur de la ville et le manque de réponse adaptée de la part de l'État. « La grande précarité n'est pas choisie, elle est subie » s'indigne-t-elle. Avant de conclure : « Il est tant de proposer des mesures concrètes pour donner à chacun sa dignité ».

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Publié le 02/04/2011 08:44  dans la dépêche| Romain Pomian-Bonnemaison
link

Déclaration de Mme Touchefeux, adjointe à la solidarité et à la politique de la ville

 

Fallait-il expulser les SDF de la cathédrale ?

polémique

Travailleurs sociaux et SDF avaient reçu jeudi le soutien inattendu de l'humoriste Jamel Debbouze/DDM, Elodie Sueur-Monsenert
Travailleurs sociaux et SDF avaient reçu jeudi le soutien inattendu de l'humoriste Jamel Debbouze/DDM, Elodie Sueur-Monsenert
Travailleurs sociaux et SDF avaient reçu jeudi le soutien inattendu de l'humoriste Jamel Debbouze/DDM, Elodie Sueur-Monsenert

Les « squatteurs » de la cathédrale Saint-Étienne ont été expulsés par les CRS dans la nuit de jeudi sans que ne leur soit proposé de solution pour les jours à venir.

« Des contraintes de sécurité et sanitaires ». Qualifiée « d'illégale », l'occupation de la cathédrale Saint-Étienne par des travailleurs sociaux et des sans-abri n'aura duré jeudi qu'une petite huitaine d'heures - avant qu'elle ne s'achève dans la soirée sur demande de l'archevêque de Toulouse, Mgr Le Gall. « Tout en comprenant leur juste combat, nous ne pouvions pas approuver cette occupation illégale de la cathédrale. Des propositions ont été faites, et notamment, sur ma demande, une proposition précise d'hébergement des personnes réellement sans logement pour la nuit du 31 mars » indique-t-il dans un communiqué.

« On nous a bien proposé un local chauffé avec sanitaires et lavabo à destination des SDF accompagnés de 2-3 travailleurs sociaux maximum. On était plutôt enthousiastes, mais quand on leur a demandé ce qu'il allait advenir d'eux la nuit suivante, on nous a répondu qu'à chaque jour suffit sa peine » affirment les membres de l'association GPS. « Plus tard, la préfecture a proposé qu'une délégation soit reçue pour réfléchir à des solutions, mais cela était sous condition de l'évacuation totale de la cathédrale. En l'absence de garanties, nous avons préféré rester et attendre les CRS dans le cadre d'une opposition passive ».

La Ligue des droits de l'Homme déplore le « cynisme » de la préfecture « son jeu a été habituel : fort avec les faibles et faible avec les forts. La Ligue des droits de l'Homme soutient ce mouvement depuis le début et on continuera ».

Du côté de la mairie de Toulouse, on s'étonne de la rapidité de cette expulsion : « Que les travailleurs sociaux manifestent, c'est prévisible, normal et légitime. Et il faut arrêter de penser que dormir dans la rue en été est moins difficile qu'en hiver. La décision de les expulser de la cathédrale, c'est quelque chose qui appartient au diocèse. Mais c'est vrai que je pensais hier qu'ils laisseraient passer quelques jours avant de le faire afin qu'ils fassent passer leur message. Leur expulsion si soudaine a été pour moi une surprise à laquelle je ne trouve pas d'explication » déclarait hier Claude Touchefeu, adjointe à la solidarité et à la politique de la ville. « En tout cas, nous appuyons le constat des travailleurs sociaux » conclut-elle.


Le chiffre : 35

personnes > occupant la cathédrale Saint-Étienne. C'est le nombre de personnes expulsées hier soir de la cathédrale sur demande de l'évêché.

« Nous sommes prêts à examiner avec les personnes les plus en détresse la possibilité de leur accorder l'asile ».

Mgr Le Gall, archevêque du diocèse de Toulouse

 




 

Soutien de Jamel Debbouze
Publié dans la dépêche le 01/04/2011 08:09 | Romain Pomian-Bonnemaison
link

Jamel avec les squatteurs de Saint-Etienne

social

Jamel Debbouze, parmi les « squatteurs » de la cathédrale Saint-Étienne./Photo DDM, R.P.-B.
Jamel Debbouze, parmi les « squatteurs » de la cathédrale Saint-Étienne./Photo DDM, R.P.-B.
Jamel Debbouze, parmi les « squatteurs » de la cathédrale Saint-Étienne./Photo DDM, R.P.-B.

Le groupe de sans-abri qui squatte depuis hier dans l'église Saint-Étienne a reçu le soutien de l'humoriste Jamel Debbouze. Ils dénoncent la fermeture des centres d'hébergement.

« Je me promenais par là vraiment par hasard. On m'a dit ce qui se passait alors je suis immédiatement venu apporter mon soutien. Je trouve cette situation vraiment déplorable ! ». De passage à Toulouse dans le cadre de sa tournée, l'humoriste Jamel Debbouze s'est rendu à la cathédrale Saint-Étienne occupée depuis hier par une trentaine de SDF. Après les signatures d'autographes et une distribution de places pour son spectacle au Zénith, il déclarait : « M. Sarkozy, j'en appelle à votre bon cœur ».

Car c'est la fin de la trêve hivernale et pour nombre de sans-abri hébergés en centre d'accueil d'urgence, cela signifie aussi le retour à la rue. Une situation dénoncée chaque année par les travailleurs sociaux qui ont cette fois décidé d'occuper la cathédrale Saint-Étienne : « L'État se désengage sur la question des sans-abri. La rue tue, et nous en sommes réduits à demander la charité de l'Église », déclarait hier une responsable du groupement pour la défense du travail social (GPS), à l'initiative, avec le collectif des mal-logés, de cette action « coup-de-poing ». Un peu plus tôt une « flashmob » avait été organisée par le collectif devant la station Jean-Jaurès. Le but de ces deux actions : sensibiliser le public au problème de la remise à la rue des sans-abri : « On souhaite que les places hivernales d'hébergement d'urgence ne ferment plus dès l'arrivée du printemps » expliquait un militant.

Jamel Debbouze apporte un soutien inattendu

Pour Xavier, SDF ayant décidé de participer à cette action, « le soutien de Jamel, c'est du baume au cœur ». « Je navigue entre la rue et les centres d'hébergement. Ces derniers sont vitaux, car je suis en recherche de travail : quand vous ne pouvez pas vous laver, que vous n'avez pas d'adresse, c'est même pas la peine d'y penser ».

En tout, en Haute-Garonne, près de 100 places disparaissent chaque printemps. Restent un millier en centre d'hébergement, un nombre « largement insuffisant » selon les travailleurs sociaux et les associations qui réclament « la permanence de ces places » ainsi que le soutien financier nécessaire à la création de nouvelles places, « adaptées, et constituant une solution d'hébergement immédiate, d'urgence, comme l'impose la loi ».

Plus tard, dans la soirée la cathédrale était évacuée par les CRS à la demande de l'évêché. Gérard Bapt, député (PS) du département s'interroge : « je suis étonné de cette décision, au vu des positions très sociales du diocèse par le passé ».

« La lutte et les actions continuent… on en restera pas là ! » concluaient les manifestants.

« Cette situation est déplorable ! M. Sarkozy, j'en appelle à votre bon cœur. » Jamel Debbouze, humoriste.